Aller au contenu

Équipe

Suzie Bordeleau, Intervenante

Elle, She/her

D’abord intervenante au GIVCL puis au Centre de solidarité lesbienne, Suzie cumule plus de 20 ans d’expérience en intervention féministe auprès des lesbiennes.

Elle se spécialise dans les dossiers de violence conjugale, d’agressions à caractère sexuelle et dans les interventions adaptées aux aînées lesbiennes.

Sandie Barrière, Intervenante

Elle/She/her

Anciennement stagiaire en sexologie au CSL en 2019, Sandie y travaille maintenant comme intervenante. Elle s’intéresse plus particulièrement à la santé mentale (troubles de l’humeur), à la diversité (a)sexuelle, de genre et d’érotismes ainsi qu’aux violences relationnelles (vécues ou perpétrées).

Juno Desjardins, Intervenant·e

Iel, elle, il

Juno est un intervenant social non-binaire qui place les émotions et les besoins au cœur de ses interventions. Après avoir réalisé un parcours en arts visuels et en sexologie, Juno a passé un an à pratiquer en tant que sexologue au privé avant de retourner au communautaire. Iel s’intéresse surtout à la reprise de pouvoir des personnes de la diversité sexuelle et de genre, en plus de s’intéresser aux enjeux entourant la santé mentale, l’autisme et la toxicomanie. Juno est une personne calme et douce qui a très hâte de vous rencontrer!

Mathilde Leprince, intervenante

Elle, She/her

Bachelière en sexologie, Mathilde est intervenante en sexologie au CSL depuis la fin de son stage universitaire ici au CSL en fin mai 2022. Elle s’intéresse aux différentes dynamiques de couple (monogame, couple ouvert, polyamour), aux questionnements d’orientation sexuelle et d’identité de genre, ainsi qu’à l’établissement de limites personnelles et relationnelles. Elle utilise souvent les métaphores et l’analogie pour voir les situations sous un nouvel angle dans ses suivis. 

Mathilde est artistique et créative. Elle participe aussi à la confection de produits de marchandise promouvant le CSL.

Aud Langelier, responsable bénévolat et vie associative

Iel, elle

Provenant des études littéraires et des études féministes, Aud est une personne non-binaire qui travaille au CSL comme responsable des bénévoles et de la vie associative depuis septembre 2023. Iel possède un parcours dans le milieu communautaire d’abord comme intervenant·e puis comme recherchiste. Elle a un intérêt particulier pour tout ce qui touche la création artistique et a hâte de vous retrouver lors des activités au CSL! 

Éloïse Plante, Stagiaire en sexologie

Elle, She/her

Terminant son baccalauréat en sexologie, Éloïse réalise son stage au CSL. Elle s’intéresse, entre autres, aux diverses configurations relationnelles, à la diversité (a)sexuelle et de genre ainsi qu’à la toxicomanie.

Marianne Danella, Stagiaire en psychologie

Elle, iel

Marianne est étudiante en psychologie et souhaite devenir psychologue clinicienne. Elle a un intérêt marqué pour la psychologie conjugale, la sexologie et la sociologie. Elle s’intéresse surtout à ce qui touche la diversité de genre et (a)sexuelle, la psychopathologie et la personnalité. Elle est une personne douce et empathique, qui aime beaucoup la randonnée et la mode, et qui adopte une approche d’intervention féministe.

Sharly Roberge, Stagiaire en sexologie

Elle, She/her

Sharly est une étudiante en sexologie, bien heureuse de faire son stage parmi nous cette année. Elle s’intéresse surtout aux enjeux qui touchent l’identité sexuelle et de genre, aux configurations relationnelles non-monogames consensuelles ainsi qu’à l’éducation à la sexualité positive, inclusive et anti-oppressive. Cette passionnée de la randonnée privilégie une approche centrée sur l’écoute et la reprise de pouvoir.

Carolina Lopez, Stagiaire en sexologie

Elle/iel, They/she

Carolina est un·e stagiaire en sexologie trilingue qui favorise l’approche féministe et humaniste dans ses interventions. Les intérêts de Carolina sont la non-monogamie éthique ou les différents types de configurations relationnelles, le coming out, la diversité des érotismes, les couples interculturels et la discordance entre l’identité culturelle et l’orientation sexuelle/identité de genre. Ayant travaillé dans un hébergement d’urgence pour femmes et enfants victimes de violence conjugale, iel a également de l’expérience en différents types de violences dont conjugale, sexuelle et post-séparation. La danse, la chorégraphie, le djing et la direction artistique sont quelques intérêts prononcés qu’iel a.

Sam Asselin-Mailloux, chargé·e de projet La blessure du silence

Iol (accords non genrés)

C’est avec un parcours teinté d’intervention, de pédagogie collégiale, de gestion de projet communautaire que Sam est arrivé·e au CSL en octobre 2022. Iol est formateurice sur les réalités LGBTQ+ depuis 2015 et son mémoire de maîtrise, dirigé par Alexandre Baril (2020), aborde les barrières d’accessibilité rencontrées par les femmes trans dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Alliant théories trans et pratique féministe, iol travaille en co-construction avec les milieux féministes et queer pour créer des espaces plus sécuritaires pour les communautés lesboqueer et les personnes trans (binaires et non-binaires) au sein des services non mixtes. Valorisant la place du monde émotionnel, ellui s’est découvert une passion pour l’animation de comités de travail et la création de ponts de solidarité entre les milieux. Tous les changements sociaux partent d’un rêve et collectivement nous pouvons aller loin!

Ariane Bujold, chargé·e de projet en renforcement des capacités

Elle, She/her

Ariane est arrivée au CSL afin de mener le projet visant à renforcer les capacités en ce qui a trait à l’inclusion des personnes à la croisée des oppressions. Elle arrive d’un milieu avec une approche féministe intersectionnelle et se réjouit d’être dans un environnement queer qui lui ressemble. On la décrit comme sensible et ricaneuse. Elle s’intéresse à la culture, aux questions des oppressions et à la défense de droits pour toustes.

Audrey Mantha, Coordonnatrice générale

Elle, iel / She, her

Travailleuse sociale de formation (permis #MANA16/09/150TS), Audrey Mantha a débuté comme intervenante sociale au Centre de solidarité lesbienne (CSL) pour ensuite devenir coordonnatrice générale de l’organisme, fonction qu’elle assume 2016. En parallèle, Audrey poursuit des études de supérieures travail social. Son mémoire, dirigé par Sylvie Thibault (UQO), porte sur l’influence du territoire habité et de la migration interne sur le développement de l’identité lesbienne. Iel entreprend également des études doctorales à l’Université Laval, toujours sur les enjeux vécus par les lesbiennes+. La violence conjugale dans les relations lesbiennes et les enjeux de santé des communautés LGBTQ+ hors des grands centres urbains figurent parmi ses intérêts de recherche et d’intervention.