QUELQUES RÉALITÉS PARTICULIÈRES DE LA VIOLENCE CONJUGALE

Présenté par : La Table de concertation en violence conjugale de Montréal.

Certaines réalités en violence conjugale sont peu connues, peu étudiées et font l’objet de peu de recherche. L’invisibilité de ces réalités sociales n’est pas exempte de besoins à satisfaire. Le comité « réalités particulières » de la Table de concertation en violence conjugale de Montréal, composé de personnes spécialisées en intervention auprès de victimes de violence conjugale vivant des « réalités particulières » [1] a pour mandat de rendre visibles ces mêmes réalités.

À cette fin, le Comité a conçu et produit trois capsules vidéo afin de sensibiliser les intervenantes et les intervenants psychosociaux, du milieu sociojudiciaire, de la santé de même que les policières et les policiers à la réalité de différentes personnes marginalisées et qui sont aux prises avec la violence conjugale.

Le Comité, par le biais de ces capsules, veut démontrer l’isolement vécu par ces personnes, les enjeux reliés à la demande d’aide et les stratégies qui peuvent être déployées lors d’une intervention.

[1] L’expression réalités particulières englobe les éléments suivants : Divers groupes de personnes, de par la présence de certains facteurs de vulnérabilité, sont plus susceptibles que d’autres d’être victimes d’exploitation et de différentes autres formes d’abus. Elles vivent diverses réalités particulières. Ainsi, de par leur seule appartenance à un groupe considéré marginal socialement, elles peuvent se trouver davantage isolées et vulnérables en contexte de violence conjugale.

Extrait du plan d’action triennal 2008-2011 de la Table de concertation en violence conjugale de Montréal.