Historique

historique

Nos origines

Il y a fort longtemps, dans les années 70-80, une façon de transmettre de l’information aux femmes était de le faire sous forme d’ateliers. Plusieurs ateliers se donnaient dans les groupes de femmes dont certains de ceux-ci étaient donnés uniquement pour les lesbiennes. Un de ces ateliers portait sur la violence conjugale chez les lesbiennes. Certaines animatrices se rendaient compte que plusieurs participantes se retrouvaient dans cette situation et avaient besoin d’aide pour se sortir de cette violence. Six lesbiennes visionnaires décident alors de se réunir pour discuter de la violence conjugale chez les lesbiennes en se demandant ce qu’elles pouvaient faire pour dénoncer cette violence et apporter du soutien à celles qui la vivent. Josette Bourque, Irène Demchuck, Françoise Guay, Karol O’Brien, Louise Picard et Ann Richard-Web sont ces six lesbiennes fondatrices.

En mars 1995, le GIVCL présente un mémoire au comité interministériel sur la violence conjugale en vue de l’inclusion d’un volet sur la réalité lesbienne. Ce mémoire expose également les réflexions du groupe sur l’importance de reconnaître socialement la conjugalité chez lesbiennes, d’explorer plus à fond la violence conjugale chez certains couples de lesbiennes et de distinguer celle-ci de la violence vécue dans les couples gais. Lancée en décembre 1995, la Politique d’intervention en matière de violence conjugale du gouvernement du Québec inclut pour la première fois les lesbiennes comme une réalité particulière.

En août de la même année, le GIVCL produit pour la revue Treize, médium écrit de la communauté lesbienne, un dossier traçant un portrait de la violence et de ses effets dans les relations lesbiennes. La revue paraît en novembre 1995 (Treize vol.12, no.2) et connaît un vif succès.

En février 1996, le groupe donne sa première formation en violence conjugale à des intervenantes et des intervenants susceptibles d’intervenir auprès des lesbiennes.

En mai, il est incorporé sous le nom « Groupe d’Intervention en Violence Conjugale chez les Lesbiennes (GIVCL) », selon La Loi sur les compagnies, Partie III. Il reçoit son accréditation de la Régie Régionale de la Santé et des Services sociaux de Montréal-Centre, dans le cadre du programme Soutien aux Organismes Communautaires (PSOC).

En avril 1997, le groupe de support pour lesbiennes victimes de violence conjugale voit le jour.

Depuis longtemps, des lesbiennes déploraient le manque de services adaptés à leur réalité. Préoccupées également par cette question, des intervenantes du Groupe d’intervention en violence conjugale chez les lesbiennes (GIVCL) ont décidé d’élargir le mandat du groupe afin de pallier ce manque. Ainsi s’est formé, en 2008, le Centre de solidarité lesbienne (CSL).

Récompenses

Le CSL est récipiendaire de deux prix au Gala Arc-En-Ciel:

– 2014 : Projet par excellence; Capsules Web sur la lesbophobie

– 2008 : Groupe par excellence